Chiffres cléfs

Après l’ubérisation de l’économie, la blockchainisation ?



La nouvelle économie va à la vitesse de la lumière. A un phénomène succède un autre et ceux qui suivent l’actualité des nouvelles tech savent que le phénomène qui prend de l’ampleur c’est celui des blockchains. On renverra ceux qui ne connaissent pas le phénomène aux très bonnes vidéos de vulgarisation qui fleurissent sur le web (comme celle-ci dans le domaine de l'IOT par exemple), il ne s’agit pas ici de tenter une explication du phénomène qu’on a parfois d’ailleurs du mal à envisager dans sa globalité tant les domaines concernés et les possibilités offertes paraissent infinis. Ce qui peut d’ailleurs effrayer ou réjouir, c’est selon. En revanche une chose est sûre : on va en entendre parler ! 
 
Lire la suite

DASHLANE : un must-have pour la sécurité de vos données.


La sécurisation des données sur les réseaux constitue un défi permanent. Or sécuriser c’est souvent très chiant, il faut bien le reconnaître. On le voit avec la plupart des études qui existent sur le problème du « piratage informatique », la principale cause de faille sécuritaire, c’est le facteur humain : le mot de passe ridicule ou le mot de passe qu’on utilise depuis des années et qu’on ne change pas par confort. Et puis on se dit toujours que la tuile du piratage ça n’arrive qu’aux autres. Jusqu’à ce que… ça vous arrive à vous.
 
Lire la suite

Colis refusé : le professionnel peut-il facturer les frais de retour?



Tout le monde ou presque connaît le droit de rétractation que les règles du droit de la consommation offrent notamment aux clients des sites web commerciaux leur proposant de faire leur emplettes à distance. Le droit de la consommation est souvent un enfer pour les professionnels, même de bonne foi, tant cette législation tend à favoriser le client au détriment du vendeur ou du prestataire de service. Les abus constatés dans ce domaine ont conduit le législateur à surprotéger. Pas illogique... Reste que la problématique des frais engendrés par les retour de colis refusés ou non réclamés pose la question des frais que le professionnel est susceptible d’imputer au client. Que peut-on faire ?
 
Lire la suite

Louer un appartement pour une activité professionnelle : possible ou pas?



Quand on lance une activité, les finances sont serrées et la trésorerie pour louer un local professionnel est très souvent inexistante. L’idée d’utiliser un appartement ou une maison pour y installer son activité plutôt que de louer de véritables bureaux peut-être tentante. Ce n’est pas impossible mais quelques règles doivent être signalées.
 
Lire la suite

Quand une réforme balaie 210 ans d'organisation juridique



Voilà une réforme qui passe totalement inaperçue du grand public et qui pourtant va impacter la vie de tous ceux qui un jour auront à passer un contrat. Quant à la vie de ceux qui rédigent les contrats (dont je suis...) que dire sinon qu'il va falloir lire et relire la réforme afin d'éviter les boulettes et s'approprier un cadre que beaucoup pensaient parfait. Mais sans rentrer dans le détail de la réforme ou de sa pertinence, on ne peut que regretter que sans aucune considération pour les praticiens, le gouvernement ait décidé de revoir la numérotation bicentenaire du code civil. Une bêtise incroyable quand on sait les bouleversements qui vont ainsi être engendrés : la table de concordance va devenir la meilleurs amie du professeur de droit, de ses étudiants, des éditeurs d’ouvrages juridiques, des praticiens… et que dire de la jurisprudence accumulée sur deux siècles faisant référence à l’ancienne numérotation ?! Pourquoi avoir ainsi bouleversé une numérotation qui était utilisée avec bonheur depuis 1804 ? Si on comprend la nécessité de modifier le code en vue de l’implémentation de la réforme, on ne peut qu’être consterné face à la connerie du législateur (le mot n’est pas trop fort) dans ce domaine. Ainsi disons nous adieu à l’article 1382 du code civil devenant l’article 1240. Imaginez simplement que demain l’ensemble de la numérotation, de l’emplacement et des noms des stations et des lignes du Métro parisien changent brutalement et vous aurez une idée du souci… 
Lire la suite

Les 10 commandements juridiques du développeur



Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine, vivait le peuple des MhangeKod (mangeurs de code en français)… On pourrait commencer comme ça cet article tant le monde des développeurs est souvent situé à des années lumières du droit. Peut-être encore plus que dans d’autres domaines de création intellectuelle, les développeurs songent rarement que tout ce qu’ils produisent génère à leur profit des droits qu’ils ont vocation à négocier quand ils réalisent une prestation... ou qu'ils doivent respecter. Saches, Ô chevalier codeur, que des droits sur tes créations tu possèdes et que nombreux ils sont, même si en fonction de plusieurs facteurs, varier en intensité il peut leur arriver … Voici donc les 10 commandements juridiques du développeur!
 
Lire la suite

Développement logiciel et droit de propriété intellectuelle : gaffe aux stagiaires!



Nombreuses sont les PME et les Start-Up à avoir recours aux stagiaires pour palier au besoin de personnels, dans l’attente d’avoir les capacités financières d’embaucher. Le stagiaire ne pose pas vraiment de grande question juridico-existentielle quand il œuvre dans un domaine « classique » : photocopies, café, standard téléphonique (je chambre…). Mais si vous lui faites « bouffer du code » comme on dit chez les développeurs, alors attention aux implications juridiques !

 
Lire la suite

Pitcher, plaider, même combat ?



Tout Startuper qui se respecte se doit un jour d’affronter l’épreuve du pitch. Pas facile de prendre la parole devant un public nombreux et souvent chambreur, surtout quand on sait qu’une partie de son projet est lié à la qualité de son (très bref) exposé. Et si un avocat était le mieux placé pour vous dire comment plaider votre cause ?...
 
Lire la suite

5 points à vérifier avant d'acheter un site web.



Vous êtes sur le point de le faire! Vous allez racheter un site web au lieu d'en développer un. Après tout ça se fait tout le temps. Oui mais voilà, le copain de la mère du fils de votre ex-petite-amie a une cousine qui s'appelle Adèle et qui a fait un an de droit et Adèle, elle a dit que sans contrat, c'était risqué de procéder à une telle acquisition, même que c'est son prof qui l'a dit en Amphi un jour où elle écoutait. Ben elle a peut-être pas tort Adèle en fait...
Lire la suite