Toutes les catégories

10 pièges à éviter dans vos #CGV .



Un contrat c’est comme un vêtement. Vous pouvez soit le trouver dans le prêt à porter, soit le faire fabriquer sur mesure. Mais à la différence d’une fringue, quand vous vous rendez compte que le contrat ne vous va pas, il est souvent trop tard et votre responsabilité peut déjà être engagée, ce qui parfois met en péril votre société au regard des sommes qui peuvent vous être réclamées. Si vous êtes allergique aux avocats (ou à leurs factures…) songez malgré tout à respecter quelques règles très simples, mais attention, pas du tout exhaustives!

Lire la suite

Dalloz actualité, revue juridique de référence consacre un article à Getavocat!




Chez les juristes et les avocats en particulier, si vous demandez le nom d'éditeurs juridiques de référence, on vous répondra assurément LITEC et DALLOZ. Sans doute parce que dès la Fac de Droit, on nous place face au fait d'opter pour l'ouvrage que tout juriste doit posséder en premier (le Code Civil) en formulant ainsi la chose : "Il y a le code bleu (Litec) et le code rouge (Dalloz). Les années passant on s'aperçoit bien sûr que le choix est plus vaste et que d'autres éditeurs méritent le détour. Mais pas question de bouder son plaisir : je suis ravi d'avoir répondu aux questions de Mme PORMANN pour DALLOZ, éditeur qui tient une place de choix dans mon petit coeur tendre de juriste... L'interview est à llire en entier en suivant ce lien.
Lire la suite

Le #BITCOIN est-il illégal?


Compliqué le BITCOIN pour les personnes non-averties...

Certes on commence à en entendre parler de plus en plus quand on s'intéresse un peu au NTIC et aux news du Web. On sait que cette "monnaie" virtuelle (qui légalement en France n'en est pas une) commence sérieusement à inquiéter les Etats. Mais que faut-il en penser juridiquement? Doit-on s'en méfier ou peut-on s'en servir en respectant certaines règles de prudence élémentaires? Tentative de brève analyse grâce aux documents mis en ligne par la Banque de France et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution.
Lire la suite

Partager les frais d’avocat, c’est maintenant possible.




Oui les avocats sont généralement chers. Il ne faut pas se voiler la face, ce constat s’impose à l’évidence dans le monde juridique. Certes des modulations doivent être apportées, qu’il s’agisse de la notion d’aide juridictionnelle ou encore des clauses défense/recours permettant à votre assureur de prendre en charge une partie de vos frais de justice.
 
Mais si on se base sur le juridique et qu’on laisse l’aspect « processuel » de côté, bref, si on se cantonne aux conseils apportés par les avocats en dehors de toute procédure judiciaire, alors oui, nous sommes souvent cher. Faut-il pour autant renoncer aux services de l'avocat? Non, grâce à l'abonnement mutualisé...

Lire la suite

Indisponibilité de DROPBOX : mieux vaut l'avoir prévu dans les CGU...



Ce week-end DROPBOX s'est visiblement fait des frayeurs en rencontrant des difficultés sur ses serveurs. Les usagers de la solution de stockage en ligne n'ont pas pu accéder à leur compte pendant un délai significatif. Dans une telle situation, les mécanismes de la responsabilité civile contractuelle prévu par les articles 1146 et suivants du code civil peuvent se mettre rapidement en route si l'entreprise n'a pas pris le soin de prévoir dès le départ ce risque dans le cadre de la rédaction juridique de ses conditions. 
Lire la suite

Combien coûte un avocat?




Un des principaux reproche formulé aux avocats c'est l'opacité de leur "tarifs". Combien coûte un avocat? Cette question je l'ai souvent entendu attablé avec des amis lors d'une soirée conviviale ou autour d'un verre avec des proches. Mais la question reste tabou pour tous ceux qui ne connaissent pas personnellement un avocat, ce qui énère doute, crainte et très souvent défiance vis à vis de ce professionnel. Or parler d'argent avec son avocat est pourtant la première des choses à faire...
Lire la suite

L'abonnement d'avocat : une solution économique.



En cette période de réduction à tout crin des budgets des entreprises et des licenciements massifs, le chef d'entreprise doit rechercher au sein de sa structure ce qui lui coûte et peut être supprimé ou modifié. Ce sont généralement les services de communication qui sont les premiers touchés par les coupes budgétaires, les salariés en intérim, les petits "plus" que l'entreprise s'autorisait en période de croissance. Mais quid des services juridiques? Et si la solution consistait à externaliser?
Lire la suite